mar 23 mars à 18h30

Discussion-rencontre avec Etienne Lesourd à propos d’Emma Goldman et Mikhaïl Bakounine autour des livres « L’agonie de la révolution » et « Dans les griffes de l’ours ».

L’AGONIE DE LA RÉVOLUTION Emma Goldman
Mes deux années en Russie (1920-21)

Expulsée des Etats-Unis fin 1919, la militante anarchiste débarque en Russie révolutionnée, où elle espère prendre sa part dans la construction d’une société nouvelle. Petit à petit, son enthousiasme va céder la place au scepticisme, puis à la désillusion devant les signes de corruption du nouveau régime qu’elle découvre tout au long de ses voyages dans le pays et de ses rencontres avec les militants et dirigeants du parti au pouvoir, les anarchistes persécutés et de nombreux anonymes. Certes, Goldman fait la part des destructions, des souffrances et des famines provoquées par les interventions armées des Etats capitalistes et de la résistance acharnée des armées Blanches, mais les conceptions « autoritaires » des bolchéviques ont aussi leur part de responsabilités dans cette involution, pense-t-elle, dont on sait depuis qu’elle préfigurait le totalitarisme stalinien. « On ne soulignera jamais assez que la révolution ne sert à rien si elle n’est pas inspirée par son idéal ultime. Les méthodes doivent être en harmonie avec les objectifs révolutionnaires. Les moyens mis en œuvre pour réaliser la révolution doivent correspondre à ses buts », écrit-elle en conclusion de son récit.

« Dans les griffes de l’Ours ». Michel Bakounine
Lettres de prisons et de déportation, présentées et annotées par Etienne Lesourd

Pratiquement, aucun révolutionnaire de son temps – à commencer par les socialistes russes de toutes tendances – n’a évité la prison, mais peu l’ont connue si longtemps, et surtout dans des conditions aussi difficiles. Bakounine a très sérieusement envisagé le suicide, mais il a toujours gardé, au fond de lui, une lueur d’espoir, c’est évident. Seuls ceux qui ont connu de telles épreuves peuvent lui faire des reproches quant à sa Confession ou à la supplique de 1857. On l’a accusé, ainsi, d’avoir en quelque sorte collaboré avec le pouvoir du tsar, mais qu’avait-il à perdre en demandant une commutation de peine ? Il s’en est expliqué dans une lettre à ses amis Herzen et Ogarev : « Devant un jury, au cours d’un procès public, j’aurais le devoir de tenir mon rôle jusqu’au bout. Mais entre quatre murs, à la merci de l’ours, je pouvais sans scrupule adoucir les formes 33. »

Il est temps de découvrir à travers cette correspondance la puissante figure romantique du prisonnier et déporté Michel Bakounine, qui allait devenir, à partir du milieu des années 1860, le grand penseur libertaire et l’admirateur critique de Marx, son adversaire dans l’Internationale, l’inspirateur, aussi, des anarchistes espagnols qui conduisirent une des plus importantes révolutions du XXe siècle.

jeu 1 mars à 19h

Présentation du livre Young lords (éd.L’échappée) et rencontre avec l’auteure Claire Richard.

L’histoire trépidante des Young lords (Black Panthers latinos) est un moment essentiel de l’imaginaire politique des latinos aux Etats-Unis, et un pan méconnu des luttes des années 1960.

Entrée libre

sam 24 fev à 18h30

Lecture-spectacle poétique avec le collectif le MOT MENT et la revue de poésie REVU.

Le collectif le MOT MENT et la revue de poésie REVU proposent une lecture de textes publiés dans REVU, ainsi que de poètes contemporains.
revularevue.wixsite.com/revu.

mer 6 dec à 18h30

Présentation du livre « Pancho Villa – La bataille de Zacatecas ». En présence de l’éditeur et du traducteur + exposition des illustrations du livre (Eko).

« Juin 1914. Deuxième phase de la Révolution mexicaine. La Division du Nord de Pancho Villa fait tomber Zacatecas, la dernière place forte de l’usurpateur Huerta. Une bataille épique, cinq mille morts dans l’armée fédérale, autant de prisonniers. La route vers Mexico est ouverte. Et la Révolution en marche.

Sur un scénario de Paco Ignacio Taibo II illustré avec un réalisme saisissant par les gravures d’Eko, ce roman graphique fait la chronique à la fois drôle et tragique de ce fait d’armes qui a nourri la légende de Pancho Villa, l’un des plus célèbres héros du Mexique contemporain. » (Ed. Nada)

ven 24 nov à 18h30

Présentation du livre « Bure, la bataille du nucléaire ». En présence des auteurs.

 » Un sarcophage gigantesque censé tenir des dizaines de milliers d’années ! C’est au nom de ce projet fou, qui serait le plus grand chantier d’Europe, que Bure, entre Meuse et Haute-Marne, se transforme en zone grillagée et quadrillée de gendarmes. Pour l’industrie nucléaire, ce territoire relégué serait l’exutoire ultime des déchets radioactifs qui s’accumulent et dont elle ne sait que faire.

Sur place, les habitants sont de plus en plus nombreux à s’insurger contre la transformation de leur région en « poubelle atomique». Depuis deux ans, des dizaines de personnes s’installent sur place, occupent une forêt, bloquent les travaux. La nouvelle bataille du nucléaire est lancée, pour empêcher de croire que cette industrie peut continuer sans risque, réinventer des manières de vivre et lutter, imaginer d’autres possibles pour ce pays. […]  » (Ed.Seuil -Reporterre)

dim 8 oct à 15h

La Compagnie Kta prendra ses quartiers à Quartier libre le temps d’un spectacle familial à partir de 7 ans, intitulé: Quand Souffle le Vent du Nord. Récits de Vies Imaginaires et Musique d’Enfer

Quelques mots pour susciter l’envie….

Recherché-e-s par les autorités de Kta, le 7éme continent, pour haute trahison, sorcellerie et piraterie, Fried et Vivi ont trouvé refuge dans l’imaginaire.
Quand souffle le vent du Nord, ils se laissent emporter et là où le vent les mène, ils s’arrêtent pour raconter, selon l’humeur du temps, les histoires qu’ils découvrent et qui leur donnent envie d’un jour quitter leurs rêves pour les réaliser….

Venez nombreuses et nombreux pour partager ce voyage !

Entrée libre dans la mesure des places disponibles avec participation au chapeau en soutien aux artistes et au lieu.

ven 15 sep à 18h

Rencontre-Atelier : Pour une école qui dénote !

Venez nombreux.ses à la cure de désintoxication de rentrée proposée par Charles Pépinster, instigateur du Groupe Belge d’Éducation Nouvelle (GBEN), pour réfléchir ensemble à la cohérence entre pratiques pédagogiques et modes d’évaluation.

Il s’agira d’une auberge espagnole pédagogique où chacun.e pourra partager une expérience, un témoignage, un document pour un apprentissage mutuel autour de la pédagogie du chef d’œuvre en opposition à celle de l’examen et de la notation, à l’heure où l’évaluation revient en force sur le devant de la scène scolaire.

Charles Pépinster a été instituteur puis inspecteur cantonal. Formateur en Belgique et à l’étranger, il est le fondateur de l’Institut Médico-Pédagogique du « Bois Marcelle » de Marcinelle et de l’école élémentaire publique « la maison des enfants » de Buzet. Il est aussi l’instigateur du Groupe Belge d’Education Nouvelle (GBEN).

Lien vers le reportage « Une école belge sans note où l’on apprend en s’amusant » sur l’école publique d’Education Nouvelle « La maison des enfants » de Buzet (vidéo à télécharger en fin de page sur le site du GBEN)
http://www.gben.be/spip.php?article240

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

sam 9 sep à 18h

Présentation du livre « L’école du peuple ».

« L’école du peuple sera l’œuvre des éducateurs du peuple », Célestin Freinet.

Véronique Decker, directrice d’école à Bobigny, reprend la plume et livre 64 billets inspirés par son quotidien d’enseignante et de cadre de l’Éducation nationale engagée au service de ses élèves de la cité Karl-Marx.
Il y est question d’apprentissages lents, d’éveil au monde, de pédagogie Freinet, de fraternité, d’amour et d’empathie, mais aussi d’injustice et de casse de l’école, des quartiers populaires et des solidarités.
Celle qui entame ses dernières années d’exercice livre un regard rétrospectif tantôt sombre parfois cocasse, mais résolument combatif.

L’auteure

Véronique Decker vit et travaille à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Directrice impliquée, citoyenne engagée, formatrice, syndicaliste, elle propose ici un récit fort, après Trop classe ! en 2016.

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.

14 juin à 15h

Ateliers d’écriture de la saison avec Philippe.

N’hésitez pas à venir nombreuses et nombreux pour ces derniers ateliers d’écriture de la saison avec Philippe !

La participation est à prix libre en soutien à l’organisation de l’atelier.
Si vous souhaitez participer, un petit message à
quartier.libre.diffusion@gmail.com
nous permettra d’organiser au mieux les rencontres ! 🙂

Atelier ados: 15h – 17h
Atelier adulte: 19h30 – 21h30

« Bohemians …

… une histoire graphique des avant-gardes artistiques aux États-Unis ». Venez découvrir dès aujourd’hui en librairie.

Ce roman graphique fait revivre, à travers différents portraits et anecdotes, les grandes figures de la Bohème aux États-Unis, de Walt Whitman à Harvey Pekar et Robert Crumb en passant par Oscar Wilde, Alfred Stieglitz, Marcel Duchamp, Francis Picabia, Gertrude Stein, Joséphine Baker, Woody Guthrie, Billie Holiday, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, etc.
Les récits réunis revisitent les idées utopiques et l’esprit de liberté que ce mouvement cosmopolite et radical a insufflés au monde des arts, de la littérature, de la musique, de la danse et rendent compte de l’effervescence des quartiers aujourd’hui mythiques de Greenwich Village, Harlem ou Brooklyn.
Illustré par les principaux représentants de la bande dessinée underground américaine (Peter Kuper, Spain Rodriguez, Sharon Rudahl, Jeffrey Lewis, etc.) et coordonné par Paul Buhle (« Une histoire populaire de l’empire américain ») et David Berger, Bohemians est le récit foisonnant et passionnant des élans rebelles qui ont traversé l’histoire culturelle des États-Unis aux XIXe et XXe siècles.

mer 1 juin à 18h30

Dans son livre « Trop classe ! Enseigner dans le 9-3 » (éditions Libertalia), Véronique Decker éclaire par petites touches le quotidien d’une école de « banlieue ».

Au fil de ses billets, il est question de pédagogie, de luttes syndicales, de travail en équipe, mais surtout des élèves, des familles, des petits riens, des grandes solidarités qui font de la pédagogie un sport de combat…social.

Véronique Decker, originaire de Malzéville, est institutrice depuis plus de trente ans et, depuis, quinze ans, directrice d’une école élémentaire à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Cette école présente l’intérêt d’être une école « Freinet » où, dans le respect du service public, est pratiquée une pédagogie active, fondée sur la coopération.

Le nombre de places étant limité, merci de nous envoyer un mail pour vous inscrire: quartier.libre.diffusion@gmail.com
Un message de confirmation vous sera adressé à réception de votre demande de participation.
Pour les participants, ouverture du café solidaire de l’association dès 18h.

« Refuser de parvenir »

Vous avez été nombreuses et nombreux pour cette première rencontre et nous vous en remercions !

Pas une inauguration mais plutôt une invitation à causer, un 1er événement vient d’avoir lieu dans notre local associatif:
une rencontre-échange avec l’auteur Grégory Chambat, enseignant auprès d’élèves allophones, sur le thème de l’éducation et de l’émancipation à travers l’éclairage du livre « Refuser de parvenir » récemment paru (coédition Nada/CIRA).