we 29 et 30 sept

Week end autour de la pédagogie sociale. Rencontre avec Laurent Ott et conférence gesticulée de Mélody Dababi. Atelier discussion en présence des intervenants : « La pédagogie sociale: quel ancrage local? « 

Week end autour de la pédagogie sociale les 29 et 30 septembre à Quartier Libre.
Le 29:
16h – Rencontre avec Laurent Ott – Entrée libre (voir événement en lien)
18h30 – Petite restauration Végane par « Las Vegan » – Prix libre
20h – Conférence gesticulée de Mélody Dababi – prix libre (voir événement en lien)

Le 30:
15h/18h – La pédagogie sociale: quel ancrage local?
Atelier discussion en présence des intervenants de la veille. Sur inscription: quartier.libre@protonmail.com

ven 15 sep à 18h

Rencontre-Atelier : Pour une école qui dénote !

Venez nombreux.ses à la cure de désintoxication de rentrée proposée par Charles Pépinster, instigateur du Groupe Belge d’Éducation Nouvelle (GBEN), pour réfléchir ensemble à la cohérence entre pratiques pédagogiques et modes d’évaluation.

Il s’agira d’une auberge espagnole pédagogique où chacun.e pourra partager une expérience, un témoignage, un document pour un apprentissage mutuel autour de la pédagogie du chef d’œuvre en opposition à celle de l’examen et de la notation, à l’heure où l’évaluation revient en force sur le devant de la scène scolaire.

Charles Pépinster a été instituteur puis inspecteur cantonal. Formateur en Belgique et à l’étranger, il est le fondateur de l’Institut Médico-Pédagogique du « Bois Marcelle » de Marcinelle et de l’école élémentaire publique « la maison des enfants » de Buzet. Il est aussi l’instigateur du Groupe Belge d’Education Nouvelle (GBEN).

Lien vers le reportage « Une école belge sans note où l’on apprend en s’amusant » sur l’école publique d’Education Nouvelle « La maison des enfants » de Buzet (vidéo à télécharger en fin de page sur le site du GBEN)
http://www.gben.be/spip.php?article240

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

sam 9 sep à 18h

Présentation du livre « L’école du peuple ».

« L’école du peuple sera l’œuvre des éducateurs du peuple », Célestin Freinet.

Véronique Decker, directrice d’école à Bobigny, reprend la plume et livre 64 billets inspirés par son quotidien d’enseignante et de cadre de l’Éducation nationale engagée au service de ses élèves de la cité Karl-Marx.
Il y est question d’apprentissages lents, d’éveil au monde, de pédagogie Freinet, de fraternité, d’amour et d’empathie, mais aussi d’injustice et de casse de l’école, des quartiers populaires et des solidarités.
Celle qui entame ses dernières années d’exercice livre un regard rétrospectif tantôt sombre parfois cocasse, mais résolument combatif.

L’auteure

Véronique Decker vit et travaille à Bobigny (Seine-Saint-Denis). Directrice impliquée, citoyenne engagée, formatrice, syndicaliste, elle propose ici un récit fort, après Trop classe ! en 2016.

Entrée libre dans la mesure des places disponibles.